Santé

3 bonnes raisons de faire un test ADN

3 bonnes raisons de faire un test ADN

L’ADN est le support de l’information génétique qui donne à chaque individu ses propres caractéristiques. En plus d’aider à comprendre le fonctionnement de l’organisme d’une personne, il peut également déterminer ses liens familiaux et son origine ethnique. Par conséquent, faire un test adn peut répondre à de nombreuses questions sur un individu. Mais il faut aussi comprendre pourquoi il faut recourir à ce procédé.

ADN : définition

ADN est l’acronyme de « Acide Désoxyribonucléique ». Cette abréviation intimidante n’est en réalité qu’une description technique d’une structure : deux bruns de molécules s’enroulant sur eux-mêmes en forme de double hélice. Leur combinaison est unique à chaque personne sur terre. L’ADN est situé au centre du noyau de la cellule humaine, c’est pourquoi il suffit souvent de prélever de la peau, des cheveux, du sang ou d’autres fluides corporels pour en obtenir une grande quantité. Ensuite, la principale difficulté est de l’extraire de la cellule et de l’analyser en laboratoire : c’est ainsi que fonctionnent les tests ADN. Le génome est le matériel génétique spécifique d’une espèce. Le génome humain est divisé en 23 paires de chromosomes présents dans les cellules. En fait, chaque cellule contient 22 paires de chromosomes, auxquels s’ajoute une paire de chromosomes sexuels. C’est ce dernier couple qui détermine le sexe d’un individu au niveau génétique. Un individu de sexe féminin possède une paire de chromosomes X, tandis qu’un individu de sexe masculin a une paire formée d’un chromosome X et d’un chromosome Y.

Pourquoi faire un test adn ?

Quiconque souhaite en savoir plus sur les tests ADN peut se rendre ici. Plusieurs raisons peuvent inciter les gens à faire un test adn.

Pour le dépistage d’une maladie

Le test ADN est utilisé pour analyser en détail le code génétique d’un individu. Il est très indispensable pour dépister, voire prévenir des maladies génétiques ou ayant des traits de prédilection basés sur la présence de certains gènes. Pour les femmes enceintes, par exemple, le test peut détecter la trisomie 21 avant la naissance du bébé.

Pour les adultes, ces examens peuvent être de nature dite monogénique, c’est-à-dire lorsque la maladie est due à un seul gène identifiable. Plus il y a de recherches, plus il y a de questions éthiques : doit-on choisir les meilleurs ovules et spermatozoïdes avant la naissance pour avoir l’individu « parfait » ? L’idéal reste la prévention, à l’instar des tests prédictifs, destinés à identifier les mutations du code génétique pouvant conduire au développement d’un cancer.

Pour réaliser un test de paternité

En général, tout le monde connait sans aucun doute l’identité de la mère, car on peut la voir enceinte avant d’accoucher. Pour le père, ce n’est pas si simple, tout est basé sur la confiance. Par exemple, si le conjoint a des soupçons ou s’il vient de se séparer de sa compagne, il peut demander au tribunal un test de paternité. Un test de paternité compare l’ADN d’un père à celui de son enfant présumé. Si les deux ADN correspondent, les deux individus sont liés par un lien génétique parent-enfant. Dans le cas contraire, cela signifie, pour le juge, que l’homme n’est pas le père de l’enfant.

Pour connaître ses origines

Le test ADN origine s’avère être une grande tendance en Amérique. Les descendants issus de l’immigration ne cessent de se multiplier sur le continent américain, et beaucoup ne savent pas d’où ils viennent. Au mieux, la plupart des gens pensent savoir qu’ils viennent d’Europe, d’Asie ou d’Afrique, mais de quelles ethnies exactement ? De nombreuses entreprises ont décidé d’y mettre en place une énorme opportunité afin de lever le voile. Elles proposent de dresser le profil génétique d’une personne moyennant une rémunération. Pour 60 à 200 dollars par test, les entreprises peuvent fournir différents pourcentages d’ethnicité : vous pouvez donc savoir si vous êtes, par exemple, 10 % vietnamien, 20 % allemand ou 30 % italien. Cependant, les résultats de ces tests sont encore approximatifs : en fait, il n’existe pas de bases de données génétiques de nos ancêtres. Le test ADN permet tout simplement de comparer diverses variantes d’ADN et les compare à d’autres résidents. Il faut donc s’attendre à beaucoup de biais, mais cela n’empêche pas l’effet de mode, qui est actuellement de plus de 10 millions de tests ADN origines réalisés rien qu’aux États-Unis.

Comment faire un test adn en France ?

Selon l’objectif, le test ADN en France ne fonctionnera pas de la même manière. Pour réaliser un test sur ses origines, il suffit de commander un kit de test ADN auprès de l’entreprise qui en est responsable. Pour un test de paternité, il doit être ordonné par un juge dans un cadre légal précis. Enfin, les tests ADN médicaux doivent être effectués à l’hôpital à la demande d’un médecin ou sur commande d’une clinique privée. Les prix d’un test ADN varient selon l’utilisation. Selon le type de test ADN, l’individu doit payer :

  • un test d’origine ethnique de 60 à 200 euros ;
  • 1 500 € pour le test ADN d’évaluation du risque de cancer (complètement pris en charge par l’assurance maladie) ;
  • S’il procède à un test de paternité en dehors du cadre légal, une amende de 15 000 euros.

Comment faire un test de paternité en France ?

Un test de paternité ne peut être fait qu’après une décision de justice, principalement pour confirmer ou infirmer la paternité. Le consentement du père présumé est indispensable pour pouvoir réaliser ce test. Le refus du père supposé de procéder à cet examen peut être considéré par un juge comme un aveu de paternité. Tout test de paternité réalisé en dehors de ce cadre est considéré comme illégal. Les contrevenants seront passibles d’une amende de 15 000 €. Si le père présumé refuse, le juge peut l’obliger à passer le test après avoir été saisi par son avocat. Pendant l’analyse génétique, on étudie uniquement une partie des gènes. Établir et étudier le génome complet d’un individu sont strictement interdits. Les conditions de réalisation des tests ADN sont encadrées par la loi française de bioéthique pour éviter les excès et les abus, notamment en termes de procréation (sélection d’embryons).

Quelles sont les conséquences d’un test ADN ?

Il n’y a pas de réelles répercussions après le test. La personne ne court aucun danger particulier, la technique de prélèvement n’étant pas vraiment invasive. Cependant, il faut ne pas ignorer les conséquences du résultat du test ADN. Ainsi, une femme peut décider de subir une double mastectomie si un test ADN montre qu’elle est porteuse du gène BRCA1. Cet acte préventif lui évitera de développer un cancer du sein. Même si le risque est élevé, il n’entraîne pas nécessairement la maladie. Sachez également qu’il est de la responsabilité d’une personne ayant une prédisposition génétique détectée d’avertir sa famille des risques auxquels elle est exposée. Elle peut choisir de le faire elle-même (avec le soutien de son médecin) ou de le faire faire par son médecin généticien. Les lois bioéthiques de 2004 et 2011 prévoient cette obligation. Compte tenu des nombreux enjeux éthiques qu’il soulève, on comprend pourquoi ce processus est suivi de près.

You may also like

Comments are closed.