Séniors

Comment agir pour la prévention des TMS en EHPAD ?

prévention des TMS en EHPAD

Les TMS, troubles musculo-squelettiques, sont la première cause d’inaptitude et d’arrêt de travail dans les EHPAD, trois fois plus que dans le régime général. Ces chiffres sont inquiétants quand on sait que sur ces mêmes employés repose le bon fonctionnement de l’établissement et le maintien des soins aux résidents. D’où l’importance d’une prévention des TMS en EHPAD.

Cette prévention commence par une évaluation des risques avant la mise en application d’actions concrètes au sein des établissements.

L’évaluation des risques

 

La première mesure est d’évaluer les risques : en analysant les précédents et en observant l’environnement et les gestes des soignants.

L’INRS recommande quatre étapes pour réaliser une démarche de prévention efficace :

  • repérer et hiérarchiser la charge physique de travail dans l’établissement ;
  • analyser cette charge physique en tenant compte des efforts physiques, du dimensionnement, des caractéristiques temporelles, des caractéristiques de l’environnement et de l’organisation. Ceci afin de donner priorité à certaines actions ;
  • rechercher des pistes de prévention ;
  • évaluer les actions mises en place.

 

Ces mesures nécessitent la participation de tous les secteurs de l’EHPAD, de la direction au service de santé au travail, en passant par les salariés, la CHSCT, l’encadrement, etc.

 

prévention des TMS

L’usage des aides techniques

La majorité des accidents de travail en EHPAD sont le résultat de manutentions manuelles. Les mesures de prévention des TMS consistent à réduire les postures problématiques et les efforts des soignants dus aux différentes tâches contraignantes (déplacement des résidents notamment).

Pour ce faire, la prévention des TMS repose sur l’équipement en aides techniques pour faciliter les tâches et la formation des équipes aux bons gestes.

Ces aides techniques varient d’un établissement à l’autre en fonction de la configuration de chaque structure. Il faut notamment prendre en compte l’encombrement, les caractéristiques de l’environnement (comme la nature des sols), l’impératif temporel des équipes…

Côté soignant il faut tenir compte de la définition d’une charge maximale, de la limitation des efforts, du positionnement des poignées, etc.

La mise en place d’actions de prévention des TMS nécessite une participation active de la direction ; elle doit se responsabiliser et engager les actions en s’impliquant totalement afin d’espérer des résultats efficaces.

You may also like

Comments are closed.